3 différences entre pratiquer le Jiu Jitsu avec et sans kimono

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

gi nogi kimono grappling jiu jitsu technique conseils

Les 3 différences clés de la pratique avec et sans kimono

Revêtir un kimono est une condition sine qua none de la pratique dans les clubs. Vous ne devez cependant pas considérer un randori sans kimono, comme une hérésie. Comme le dit Rigan Machado :

« Je me suis entrainé avec le Gi la plus grande partie de ma vie. Mais, j’aime me mettre au défi, en adaptant les techniques pour un combat en No Gi. De cette manière, je ne reste pas dans ma zone de confort, en me limitant à une seule méthode d’entraînement ».

 

1 – Sans Kimono, la soumission requiert plus de rapidité et de force

jiu jitsu technique, conseil, kimono, nogiQuand l’adversaire porte un kimono, vous avez plus de chance de l’agripper. Vous pouvez utiliser son Gi à votre avantage et mieux le contrôler en empoignant le tissu sur des endroits ciblés. Il existe une multitude de soumissions qui requiert l’utilisation du kimono, qu’il s’agisse d’une clé de bras, de jambes ou autres. Sans Kimono, vous avez besoin d’être plus rapide et plus fort. Il n’y a pas de “grip” possible qui contribue à un bon contrôle Cela vous complique donc un peu plus la tâche.

2- Les techniques s’appliquent autrement

Avec le Gi, vous pouvez faire de nombreux ajustements pour soumettre votre adversaire. Sans le Gi, vous n’avez plus les mêmes prises. Au lieu d’une saisie sur un point spécifique, vous devez penser à contrôler une partie complète du corps : prise d’une jambe pour une amenée au sol, blocage du bras sous les aisselles pour une projection avec la hanche…

Autre exemple, les étranglements par derrière sont plus faciles sans kimono parce que vos bras glisseront mieux. Avec le kimono, c’est moins aisé à cause du frottement des tissus et la possibilité pour l’adversaire de défendre en agrippant son propre kimono.

La technique est toujours efficace dans les deux cas, mais nécessite un ajustement. Un étranglement effectué par la saisie des cols sera plus pratique dans le second cas.

3 – On apprend plus de techniques avec le Gi

jiu jitsu jjb bjj technique conseil tips nogi kimonoPlus de techniques, car plus de possibilités pour chaque mouvement. Exemple, dans le cas d’une amenée au sol, vous pouvez tenter une projection de judo ou bien utiliser le Gi pour bloquer une tentative de projection. En Nogi, la plupart des prises de judo seront inefficaces (elle seront remplacées par des techniques de lutte) Mais l’approche Gi ou No Gi est à relativiser selon l’art pratiqué. Mettez un lutteur dans un kimono, il sera en difficulté, parce qu’il n’y est pas habitué. Et il ne saura pas comment contrer quelqu’un qui utilise le Gi pour le faire tomber. Le jiu-jitsuka a ici un avantage. Il peut utiliser le kimono aussi bien pour faire une attaque que pour contrer les tentatives adverses.

Alors pratiquer avec ou sans kimono ? Rigan Machado nous apporte un dernier éclaircissement :

«  Le point clé qu’il faut garder en tête, c’est que les mouvements sont les mêmes, seules changent les prises et le moyen à utiliser pour contrôler son adversaire. Pour le reste, c’est la même chose ».

En fait, il ne s’agit pas tant de changer complètement la technique, mais plutôt la manière de l’appliquer. On s’adapte sur les détails, en gardant le schéma général.

 

Et vous quelles sont les différences que vous avez remarqué?

D’autres articles qui pourraient t’intéresser :

(331)


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    11
    Partages
  • 11
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.