Pourquoi nos partenaires d’entrainements ne sont PAS nos adversaires?

jiujitsu bresilien blog
Partager l'article
  •  
  •  
  • 4
  •  
  •  
    4
    Partages

A tire personnel, on me reproche souvent d’y aller trop fort, de vouloir à chaque fois soumettre ou ne pas être soumis. A force de l’entendre et en discutant avec partenaires et mon professeur, il y a plusieurs choses que j’ai réalisé. Choses que j’ai mis en application mais cela prend du temps à être complètement intégré car de vieilles habitudes ne se changent pas du jour au lendemain mais le JJB n’est-il pas un sport de patience?

Alors pourquoi nos partenaires ne sont pas des adversaires?

Le jiu-jitsu est efficace pour de multiples raisons. L’une des raisons principales est l’aspect “concret” .

Nous faisons un nombre incalculable de sparring, de randori, des sessions de drills pendant nos entrainements tout au long de notre voyage vers la ceinture noire.

Pour nous préserver, nous devons apprendre à modérer et à contrôler notre rythme et à modérer les niveaux d’intensité des séances d’entraînement, jour après jour.

Il est très facile de transformer nos partenaires d’entraînement en adversaires. Parfois, cela se produit inconsciemment.

Pourquoi agit-on comme celà?

On essaye toujours de mesurer nos capacités et d’obtenir un point de référence pour notre position par rapport aux autres.

En apparence, il semble logique de se mesurer aux personnes avec lesquelles nous nous entraînons.

La vérité est que cela peut parfois conduite à de l’animosité, au désir de nos partenaires d’entraînement de progresser et constituer  un obstacle à votre propre progression. Il y a beaucoup de hauts et de bas.

La plupart de ces derniers peuvent être évités. Ce sont ceux qui impliquent notre propre évaluation personnelle contre nos coéquipiers.

La plupart du temps cette évaluation que nous faisons par rapport aux autres n’est pas valable car il y a tellement de facteurs à considérer.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Qu'est-ce que le Jiu Jitsu Bresilien ?

La vérité est que si nous tournons et que nous nous concentrons uniquement sur la victoire ou sur la soumission…le problème vient de nous.

Certes la capacité à soumettre un partenaires avec une technique de précision est l’un des points les plus importants dans notre développement et notre progression. Mais il y a une grande différence entre cela et le besoin constant de «gagner» à chaque coup avec nos coéquipiers.

Comment se comporter alors?

Mettre l’accent sur le développement. Faire un focus sur l’amélioration : c’est ce qui importe.

Il faut apprendre à devenir un partenaire plus efficace :  quelqu’un qui peut changer sa façon de s’entraîner  en fonction de la personne avec qui il travaille. Il faut savoir s’adapter à un partenaire plus âgé, blessé ou d’une ceinture inférieure.

Avec cet état d’esprit, les gens autour de nous s’amélioreront plus efficacement et nous pertmettra de s’améliorer en retour.

Les gens auront envie de s’entraîner avec une personne agissant comme ça. Nous allons nous améliorer rapidement car nous ne somme pas concentré sur l’objectif de “gagner”. Nous serons déterminé à travailler sur notre jeu plutôt que d’essayer de soumettre à tout pris.

Un partenaire d’entraînement est quelqu’un qui est disposé à pratiquer contre vous sous un certain ensemble de règles. Il y a comme un “contrat” entre nous avec l’idée ce coopérer et s’entraîner de manière efficace pour permettre une progression mutuelle.

Un adversaire est une personne que nous affrontons, nos compétences contre les siennes, dans un effort pour désigner d’un vainqueur. Une place pour deux prétendants à la victoire. Ici il n’y plus de soucis d’amélioration, une seulement chose compte :  gagner.

L’idée est ne pas devenir comme ça ou bien notre carrière  peut être de longue durée ou notre progression fortement entravée.

Cherchons à devenir la personne avec laquelle les gens veulent s’entraîner, plutôt que la personne avec laquelle les gens doivent s’entraîner.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   l'étranglement arrière

Traitons nos coéquipiers comme des coéquipiers. Des personnes travaillant ensemble dans un but commun. Maîtrise de soi et épanouissement personnel. Les deux sont liés à soi-même, mais le succès avec l’une de ces réalisations est impossible sans aide et soutien de ses coéquipiers.

Pour conclure

La prochaine fois que allons affronter un partenaire d’entrainement, réfléchissons à ce que nous allons travailler et améliorer. Détachons nous du résultat.

Les résultats seront un effet secondaire des compétences que nous avons acquise.

Nos partenaires d’entrainement ne sont pas nos adversaires. Nous n’avons pas gagné, nous n’avons pas perdu. Nous nous tous les deux améliorés. Nous nous sommes tous deux aidés à devenir meilleurs que nous n’étions la veille.

John Danaher a publié un post sur facebook 24h après la mise en ligne de cette article où il parle de ce concept, quelle coincidence!

jiu jitsu john danaher

Traduction :

Variations d’intensité: Lorsque vous avez une salle d’entraînement remplie d’athlètes talentueux, nombreux sont ceux qui supposent que chaque séance d’entraînement doit ressembler aux championnats du monde. En fait, je préfère de loin limiter le nombre de combats très difficiles auxquels les athlètes participent.

Bien sûr, il est bon de faire des efforts de temps en temps et de se tester, en particulier lorsqu’une compétition approche. Mais les combats durs continus entraînent deux effets indésirables: les blessures et la stagnation technique.

Lorsque nous tournons durement contre une personne de taille et de niveau de compétence similaire, nous devons généralement nous rabattre sur nos mouvements favoris pour l’emporter. Ce n’est que lorsque nous tournons dans un environnement moins compétitif que nous nous détendons un peu et que nous essayons de nouveaux mouvements et tactiques et que nous faisons donc des progrès techniques.

Étonnamment alors, vous verrez souvent plus d’intensité physique dans un cours de débutant, où les élèves n’ont pas la profondeur technique nécessaire pour jouer à un jeu de finesse et doivent aller aussi fort que possible que dans un cours plus avancée, où les athlètes savoir contrôler leur rythme.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   [ Carnaval d'article ] Quel est l'avenir de la méditation

En fait, même dans une salle remplie de tueurs comme celui-ci, la majorité de vos séances d’entraînement devraient être menées avec des personnes en dessous de votre niveau de compétence afin de pouvoir développer de nouvelles compétences dans un environnement propice à l’apprentissage.

Il y a toujours une chance de faire des efforts quand vous en avez besoin – mais ne négligez pas votre sparring expérimental – car c’est là que réside la majeure partie de vos progrès.

(150)

Florian

Je m'appelle Florian, je suis entrepreneur, père de famille, photographe amateur, passionné de la mer et de la montagne et aussi de Jiu Jitsu Brésilien, comme vous j'aime plusieurs choses, je suis un pratiquant lambda :).

Mon objectif avec ce blog est de rechercher les réponses aux questions que je me pose et
que tout le monde se pose et ainsi de partager mes expériences. A travers celles-ci, j’espère vous procurer quelque chose d’unique et qui vous aidera aussi.

Le but est d'essayer d'aider ceux qui ont moins d'expérience que moi et d'apprendre aussi des autres.

J’espère pouvoir aider les personnes qui commencent le jiu jitsu mais aussi les autres à travers d’articles, je le souhaite instructifs et motivateurs.

Les valeurs du Jiu Jitsu Brésilien sont très importantes pour moi :
Le respect des adversaires, de ses partenaires, de son professeur, l'entraide, le contrôle de soi, l'esprit de famille

Partager l'article
  •  
  •  
  • 4
  •  
  •  
    4
    Partages
  •  
    41
    Partages
  • 37
  • 4